Slow working : comment mieux travailler ?

Slow working
Temps de lecture : 9 minutes
Sommaire

Si tu ne veux plus sacrifier de ton temps personnel, si tu passes de salariée à entrepreneuse, si tu cours après le temps, le slow working est fait pour toi.

Dans cet épisode de podcast, j’ai invité Aurelia De Luca, formatrice et coach en slow working. Cette méthode aide vraiment à révéler son potentiel. En effet, grâce à lui, tu peux développer ton business et concrétiser des projets qui te tiennent à cœur. On t’explique comment.

Qu’est-ce que le slow working ?

Le slow working est une méthode de travail plus lente. C’est un mode de vie, une autre façon de penser. Il permet de créer un système d’organisation sur-mesure qui a l’avantage d’être fluide, durable et simple. Et ce système part de soi. Il est la clé pour pouvoir s’organiser

Il y a un temps pour tout et cette technique aide à ne plus sacrifier son temps personnel. En effet, le slow working entre dans une culture du lent. Pas dans le sens mou mais plutôt dans le sens intentionné et conscient.

Au final, le slow working résume une façon de voir le temps différemment. Grâce à lui, tu peux comparer le temps à une boussole. Tout ce que tu fais prend du sens. Il pousse à être à l’écoute de soi, à vivre et à considérer le temps de manière différente mais consciente.

Que fais-tu de ton temps de manière intentionnée ? 

Cette question est la clé du slow working

Quels sont les avantages du slow working ?

Le plus grand avantage du slow working, c’est d’être à l’écoute de soi. Il permet de mettre en place une organisation qui part de soi. Et c’est ça qui change des autres méthodes d’organisation. Il pousse à apprendre à se connaître et à savoir comment nous fonctionnons.

En adoptant le slow working, tu n’es plus à la recherche d’un équilibre entre ta vie pro et ta vie perso. Tu es davantage à la recherche d’une cohérence, d’une clarté, d’un alignement. Tu prends ainsi des décisions en conséquence.

Pourquoi ?

Car tu prends le temps de te poser les bonnes questions. Le slow working prend en considération l’efficacité et la performance d’une autre façon.

Comment adopter et appliquer le slow working ?

Voir le temps comme une boussole

Le premier conseil pour appliquer le slow working et mieux travailler, c’est adopter une vision et une façon de voir les choses différentes. Il faut que tu changes ta vision du temps et que tu compares le temps à une boussole.

Pourquoi ?

Car nous avons trop tendance à voir le temps comme une horloge. On court après lui, on fait pour faire, on est occupé en permanence sans jamais être satisfait. 

Prenons l’exemple du célèbre Capitaine Jack Sparrow. Tu as déjà sans doute remarqué qu’il a toujours un compas avec lui. Lorsqu’il a tendance à s’éparpiller et à partir dans tous les sens, il arrive à se stabiliser quand il sait où il doit aller. De là, il va trouver les moyens d’atteindre son cap. 

Si tu vois ton temps comme une boussole, tu vas te demander où tu comptes aller à la fin de ta journée pour pouvoir être satisfaite, pourquoi tu fais telle ou telle chose. Tu deviens ainsi leader de ton temps, tu restes dans le contrôle.

Comment ?

Fais un audit de ton temps de cette façon pour prendre conscience et adopter cette nouvelle vision du temps. Considère toutes les actions de ton quotidien de manière globale et donne-leur du sens.

Résultat : le slow working te permet ainsi d’être moins frustrée et de moins culpabiliser. 

Rester dans le contrôle

Une fois que tu vois le temps comme une boussole, tu te poses les bonnes questions. Demande-toi ensuite si tu restes dans le contrôle du temps ou si tu subis les actions de quelqu’un d’autre.

Pourquoi ?

Car, de manière générale, lorsqu’on est trop souvent occupé, c’est parce qu’on subit.

☝️ Découvre comment atteindre tes objectifs en 90 jours dans cet article

Les croyances limitantes du slow working

Le calendrier bride le temps  

Adopter le slow working implique d’utiliser un calendrier, mais surtout de bien l’utiliser. Il faut le voir comme un compagnon et non comme un outil à ton service. Une croyance limitante sur le slow working pousse à vouloir absolument respecter son calendrier.

Et beaucoup pensent que devenir une personne organisée peut les contraindre. Ils pensent devenir inflexibles et rigides, ne plus pouvoir laisser la place à l’imprévu.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le slow working permet d’anticiper et de gagner en spontanéité. Le fait d’avoir une vue globale est idéal pour devenir réaliste. Tu sais ce que tu vas devoir faire.

Comment ?

En sortant ton calendrier pour vérifier ton emploi du temps, tu ne rates pas de rendez-vous et tu as moins de risques d’oublier et de passer à côté des choses importantes. En effet, si tu ne formalises pas tes objectifs, tes souhaits, tes envies, tu peux passer à côté.

FAIS LE QUIZ POUR DECOUVRIR COMMENT PASSER TON MANAGEMENT AU NIVEAU SUPERIEUR

Deviens la manager que tout le monde rêve d'avoir !

quiz test management (1)

Le calendrier est contre-créatif

Le calendrier est l’outil parfait pour donner du sens à chacun de tes blocs de temps. Il est peut-être contre-intuitif. Mais il permet avant tout de se libérer d’une charge mentale pour ensuite stimuler sa créativité.

De même, travailler au bon moment ne bride pas le côté créatif. Au contraire, tu connais tes pics d’énergie et à quel moment dans ta journée ou ta semaine tu te sens le mieux. Tu peux ainsi privilégier ces moments pour laisser exprimer ta créativité.

Voir le temps autrement et utiliser le calendrier de façon concrète et stratégique en fonction de soi te permettent donc d’avancer et de libérer de l’espace pour ta créativité. Le calendrier fonctionne comme une vision de ce que tu dois et ce que tu peux faire.

Vouloir remplir toutes les cases

L’idée du slow working n’est pas de vouloir remplir toutes les cases. En te concentrant sur l’essentiel, les créneaux libres te permettent d’agir au gré de tes envies. Tu as déjà casé les bons blocs du temps. Pour le reste, tu fais ce que tu as envie, ce n’est que du bonus.

Tu continues de gérer ton temps comme bon te semble durant ces créneaux de liberté.

Pourquoi ?

Car le slow working, c’est avant tout prendre du recul et trouver du sens dans chaque action. Tu prends donc le temps de penser à ce que tu as envie de faire pendant tes moments libres pour mieux en profiter.

Mon mot d’experte : il est important de se laisser des créneaux libres pour respirer, laisser la place aux imprévus, pour remplir les tâches bonus. C’est une erreur de vouloir remplir le calendrier car il risque de déborder. Se laisser des zones blanches rime avec une meilleure organisation

☝️ Découvre comment avoir une organisation bienveillante dans cet article

L’astuce clé pour mieux gérer son temps

Lorsque tu dois aller à un rendez-vous, au sport ou pour toute activité, tu le formalises dans ton calendrier à l’heure prévue. Ensuite, n’oublie pas de prévoir et d’ajouter les temps de trajet aller et retour.

Cette astuce peut te paraître simple. Mais si tu ne prends en compte ces temps de trajets, tu peux avoir des chevauchements de rendez-vous, sacrifier ton temps personnel. 

Le slow working a pour objectif de t’accorder du temps donc cette astuce est vraiment à prendre en considération. 

Mon mot d’experte : j’ai vu beaucoup trop de calendriers chargés qui ne prennent pas en compte les temps de trajet. Ils veulent simplement se montrer productifs alors que le résultat final est tout autre. 

Reprendre le contrôle de son temps
Slow working

La méthode OQP d’Aurelia de Luca

La méthode OQP créée par Aurelya sert de fil conducteur pour ses ateliers en slow working.

Le O pour Objectifs : il te permet de savoir clairement où tu vas. Il permet de prévoir une clarté pour donner du sens à chacune de tes journées.

Le Q pour Qui suis-je : pour adopter le slow working, comprendre son mode de fonctionnement est essentiel. Tu dois connaître tes pics d’énergie, savoir comment tu fonctionnes.

Pourquoi ?

Pour mieux déterminer les moments de travail. L’objectif est de rester efficace et de ne pas perdre de temps. Comprendre également qui tu es peut te pousser à aider les gens à adopter ta façon de penser. 

Le P pour Plan d’action : une fois que tu as compris comment tu fonctionnes, que tu sais qui tu es et où tu vas, tu peux activer les bons leviers. Vouloir tester d’autres techniques qui fonctionnent avec d’autres n’est pas la meilleure solution.

Pourquoi ?

Car cela ne signifie que tu ne sais pas qui tu es et tu n’actives donc pas les bons leviers.

Mon mot d’experte : connaître son mode de fonctionnement et ses pics d’énergie est indispensable pour gagner en efficacité dans son quotidien. Tu vas ainsi pouvoir prévoir des tâches durant tes pics d’énergie et les remplir en 30 minutes par exemple. Au lieu de 2h si tu les cases dans des moments inadaptés.

Le but du slow working n’est pas de changer. Mais d’adapter le mode de fonctionnement en fonction de qui tu es. Si tu es du soir, on ne peut pas changer ta nature car tu risques de perdre en efficacité et du temps. Il suffit simplement de trouver des solutions adaptées à ton rythme. 

Le slow working en tant que salariée

La gestion de ses horaires

Si tu es salariée, tu as probablement cette impression de ne pas avoir la main sur ton organisation. Tu es cadrée au sein de ton entreprise, tes horaires sont imposés. 

Toutefois, il est totalement possible d’ouvrir la discussion avec son manager pour lui demander d’arriver plus tard et de finir plus tard si tu n’es pas une personne du matin.

La communication reste essentielle.

La gestion des réunions

C’est à ce moment précis que tu peux être bien organisée et efficace. 

Tu as probablement l’impression de perdre beaucoup de temps durant les réunions. Elles ne sont pas structurées, elles ne sont pas cadrées. Elles n’ont peut-être pas d’objectifs, ni de résultats à atteindre. 

Une fois que tu as compris les principes universels de l’organisation, tu peux les appliquer autant pour ta vie personnelle que pour ta vie professionnelle. Ils fonctionnent pour tout. 

Pour reprendre l’exemple des réunions, il te suffit simplement de demander : 

  • Quels sont les résultats à atteindre ? 
  • Qui doit faire quoi pour quand ? 

Ce conseil peut te paraître bateau mais il permet de donner une structure à la réunion. 

Adopter le slow working

La gestion des e-mails

Si tu veux moins en recevoir, tu peux déjà en envoyer moins. N’hésite pas non plus à cadrer les personnes avec qui tu travailles. 

Tu peux également ouvrir tes e-mails plus tard dans la matinée, et pas forcément dès que tu arrives au travail.

Le contrôle de son temps fonctionne aussi, même si tu es salariée.

Mon mot d’experte : si ta hiérarchie voit que tu es plus efficace sur des créneaux horaires précis, il n’y a pas de raison qu’elle te refuse des aménagements d’horaires. 

Il y a des temps pour tout. Et l’objectif est de redevenir maître des tâches à effectuer. 

Que tu sois salariée ou entrepreneuse, tu jongles entre le côté proactif et le côté réactif tout au long de ta journée. Bien souvent, on pense à tort qu’il faut répondre rapidement aux e-mails. 

Toutefois, quand et comment est-ce que tu avances dans tes projets ? Ou dans ton business ? 

C’est pour cela qu’il est important de s’accorder des blocs de temps. 

☝️ Découvre quelle morning routine adopter en étant manager dans cet article

Quel est le meilleur outil pour s’organiser ?

Il n’y en a pas !

Il en existe. Mais c’est à toi seule de trouver celui qui te convient le mieux. 

Un outil permet d’avancer et d’être plus efficace. Mais garde en tête qu’il ne te remplace pas. 

Utiliser un outil, c’est ok. À condition de savoir l’utiliser. Et pour cela, il est fondamental de savoir qui tu es et où tu vas. L’outil que tu choisis répond simplement à tes critères. 

Prenons l’exemple de Notion.

Avant de le télécharger, demande-toi pourquoi tu as envie d’utiliser cet outil. 

Slow working

Mon mot d’experte : Notion est un outil très flexible dans son utilisation car il est possible d’en faire ce que l’on veut. Toutefois, comme on peut faire ce que l’on veut, on peut aussi se perdre très vite dans son utilisation. Son avantage fait aussi de lui son principal inconvénient car il n’est pas toujours facile de bien l’utiliser. 

Les outils qui permettent de gagner du temps et d’automatiser des processus sont toujours utiles. Mais tu dois tout de même savoir pourquoi tu l’utilises. L’objectif est de rester maître de tes décisions et de ton temps. 

Si tu ne sais pas t’organiser, ce n’est malheureusement pas l’outil qui le fera à ta place. 

De plus, en adoptant un outil sans savoir pourquoi, tu risques également de subir des émotions désagréables.

Pourquoi ?
Car tu risques d’être frustrée de ne pas savoir l’utiliser, de perdre du temps à l’apprivoiser. Un outil peut alors très vite devenir anxiogène. 

Mon mot d’experte : les entreprises qui pensent révolutionner le travail en adoptant des outils et des logiciels peuvent faire fausse route. La prise en main d’outils se prépare. On ne l’adopte pas aussi facilement. Il faut au préalable réfléchir à une structuration. 

Et ce problème se rencontre pour tous les types d’outils. Si on ne structure pas à l’avance comment et pourquoi l’utiliser, on perd du temps et en organisation. 

Le dernier conseil sur le slow working

Mon mot d’experte : tu peux mettre du temps à trouver les logiciels et les outils qui te correspondent. Personnellement, j’ai mis 3 ans à trouver l’organisation qui me convenait le mieux. 

Le but n’est pas de te décourager. Mais plutôt de te faire comprendre que l’organisation, ça se construit et s’adapte au fur et à mesure.

Avoir sa propre organisation et réussir à être efficace avec elle prend du temps. Ne baisse pas les bras. Et n’hésite pas à tester différents outils. 

L’organisation, c’est un process. Il faut y aller pas à pas. Le slow working est un système qui part de toi et qui peut t’aider à gagner du temps pour trouver les méthodes qui te correspondent. Reste simple ! Être organisée n’est pas compliqué, la simplicité fonctionne très bien.

Un livre sur le slow working

“Slow power” de Pierre Moniz-Barreto : ce livre est idéal pour reprendre conscience de son temps.

Retrouve Aurelia De Luca directement sur son compte Linkedin et sur Instagram

Tu pourrais également aimer :

Manage avec succès

des profils différents !

Le guide ultra concret de 30 pages sur l'ennéagramme pour :

#MANAGEMENT

  • mieux comprendre ton profil et tes réactions
  • détecter le profil de tes collaborateurs
  • les motiver et éviter de se tromper
  • un workbook pour le mettre en pratique de suite

En téléchargeant le guide, tu recevras tous les mercredis matins mes conseils que je ne partage qu'à mes abonnés ! 

Gagne 1h par jour !

Le guide ultra concret de 17 pages pour :

#PRODUCTIVITE

  • mieux t'organiser dans ton quotidien
  • pimper son organisation avec 7 logiciels au top
  • en finir avec la réunionite
  • appliquer tout ça avec un template tout prêt

En téléchargeant le guide, tu recevras tous les mercredis matins mes conseils que je ne partage qu'à mes abonnés !